Allard, Allard & Associés : la science de l’investissement au profit du client

Allard, Allard & Associés : la science de l’investissement au profit du client

Lancée en 1995, Allard, Allard & associés est heureuse de participer à cette série de profils de gestionnaires de portefeuille, un projet du Conseil des gestionnaires émergents (CGE).  « Favoriser ainsi l’expertise locale contribue à bâtir une industrie forte à Montréal et à retenir ici les jeunes de talent formés dans nos excellentes universités », souligne Caroline Allard, vice-présidente chez Allard, Allard & associés.

« C’est une idée extraordinaire et je crois que notre position géographique et philosophique en tant que Québécois nous donne une plus grande ouverture sur le monde que celle de nos voisins américains, en plus de l’environnement cosmopolite que représente Montréal, alors il s’agit d’un endroit de choix où gérer des portefeuilles », ajoute Alexandre Legault, vice-président, Allard, Allard & associés. Il indique également que Montréal étant l’une des villes au taux le plus élevé d’analystes financiers agréés (CFA) par habitant, bon nombre de ces professionnels tendent à s’exiler en Ontario, aux États-Unis ou à Londres pour s’épanouir dans leur domaine. « Confier des mandats de gestion d’actifs à des firmes locales est donc essentiel pour que les investisseurs de talent demeurent chez nous, ce qui est bien sûr bénéfique pour nous tous ».

L’investissement dans le sang

CAROLINE ALLARD, CFA (since 2002)
Vice-president
Portfolio Manager

Ayant très bien réussi à titre d’associé fiscaliste chez KPMG, Jean-Pierre Allard décide de prendre sa retraite à 50 ans pour poursuivre sa passion, l’achat de titres sur les marchés boursiers. Il gérait ses propres placements et avec une approche inspirée de Warren Buffet, il a commencé à le faire pour des membres de sa famille et des collègues qui s’étaient empressés de faire appel à ses services, puisqu’impressionnés par son succès.

Le fils de M. Allard, Louis, alors ingénieur chez Createch, avait complété un M.B.A option finance lorsque son esprit d’entreprise l’a incité à se joindre à son père pour créer Allard, Allard & associés. « De bouche-à-oreille, les clients satisfaits ont partagé leur expérience positive et la firme a aujourd’hui plus d’un demi-milliard d’actifs sous gestion », raconte M. Legault. L’équipe rassemble quatre gestionnaires de portefeuille, Mme Allard, Louis Allard, Andrew Kost et M. Legault. C’est en 2002 que Caroline Allard a fait son entrée dans la firme, mettant à profit son baccalauréat en administration et sa formation de CFA pour optimiser le profil de compétences de l’équipe. Avec le titre CFA, le feu sacré pour le domaine financier et un diplôme de maîtrise en administration , M. Legault s’est joint à la firme en 2012.

La famille Allard a donc toujours été passionnée par l’investissement. C’est le livre de Benjamin Graham, L’investisseur intelligent, sorte de bible de l’investissement valeur, qui a joué le rôle d’élément déclencheur pour le fondateur d’Allard, Allard & associés. « Quand j’étais toute petite, mon père avait toujours le nez dans les cotes financières, il en parlait tout le temps, c’était un sujet de conversation quotidien à la table », se rappelle Mme Allard. « Donc, à l’instar d’Obélix, je pense que Caroline et Louis sont tombés dedans quand ils étaient petits », explique M. Legault. « Il y a des familles qui parlent de politique, d’autres qui parlent de hockey, ou de religion », dit-il. « Les premières fois où j’ai dîné avec les Allard, la discussion portait plutôt sur les firmes qui avaient récemment annoncé d’excellents résultats financiers. »

L’avantage Allard, Allard

ALEXANDRE LEGAULT, MBA, CFA (depuis 2012)
Vice-président
Gestionnaire de portefeuille

Si Allard, Allard & associés a toujours géré des actions canadiennes, la crise du crédit de 2008 a présenté des opportunités intéressantes au sud de la frontière, alors la firme gère également des actions mondiales depuis maintenant 12 ans. Aussi, quoique les clients demeurent principalement privés, l’adhésion au Programme des gestionnaires en émergence du Québec (PGEQ) en 2016 a eu l’effet d’un sceau d’approbation, lui permettant de développer le segment institutionnel. Innocap et le PGEQ ont aussi permis à la firme de mieux documenter ses procédures, notamment en ce qui concerne la conformité. De plus, en devenant signataire des Principes pour l’investissement responsable (PRI), elle a intégré les enjeux relatifs à l’environnement, sociaux et de gouvernance (ESG) à son analyse de titres, ce qui est bénéfique en matière de gestion des risques, en plus de répondre aux préoccupations de sa clientèle.

Cette clientèle composée de clients privés, de fondations et de régimes de retraite bénéficie de solutions personnalisées et efficaces à long terme, reposant sur une approche factuelle qui s’appuie sur l’analyse financière des entreprises. « On investit à bon prix dans des entreprises profitables, génératrices de forts flux de trésorerie et solides financièrement, et c’est ce qui a rapporté pour nos clients depuis 25 ans », indique M. Legault. « De plus, les clients discutent de leurs portefeuilles directement avec les décideurs experts de la firme, plutôt qu’avec des représentants », explique-t-il. « Notre équipe solide qui allie l’expérience, le talent et les désignations professionnelles clés est certainement un grand facteur différenciateur pour Allard, Allard & associés », souligne Mme Allard.

Se mesurer aux grands

La concurrence s’accentue du côté des grandes banques et compagnies d’assurance pour Allard, Allard & associés. Puisqu’elles ont une solide force de vente et savent repérer toutes les possibilités d’affaires chez leurs clients, ces entreprises mettent bien à profit les services de gestion d’actifs. Les firmes d’investissement hors province font aussi partie des concurrents en ce qui concerne les mandats institutionnels d’envergure.

Pourquoi les investisseurs optent-ils souvent pour les grandes sociétés en ce qui a trait à leurs besoins en gestion d’actifs? « Il y a beaucoup moins de firmes indépendantes qu’avant et je crois que les investisseurs se sentent rassurés d’investir avec les plus grandes firmes », explique M. Legault.

Une autre source de concurrence est le choix de certains investisseurs d’acheter un indice directement d’un fonds négocié en bourse (FNB), les petites firmes subissant ainsi une pression de diminuer leurs honoraires alors que l’ampleur de leurs activités ne le permet pas nécessairement.

« Le phénomène de la gestion passive et quasi-passive, où beaucoup d’investisseurs achètent tout ce qu’il y a sur le marché sans se poser trop de questions, est pour nous un élément de différenciation qui nous permet de nous positionner et de nous promouvoir en tant que vrais investisseurs d’actifs », mentionne M. Legault.

Investir pour l’avenir

Ayant à ce jour plus de 650 millions $ d’actifs sous gestion, ses fonds communs de placement, une douzaine d’employés et la structure pour y arriver, Allard, Allard & associés peut poursuivre sa croissance tout en maintenant un service impeccable pour sa clientèle existante. « C’est essentiel pour nous d’être en mesure d’offrir le même service hors pair à notre clientèle actuelle qu’à nos nouveaux clients, au fil de l’évolution de notre entreprise », mentionne Mme Allard.

Avec l’aspiration à devenir un incontournable de la gestion de portefeuille, la firme prévoit aller au-delà du bouche-à-oreille et accroître sa reconnaissance au sein de l’industrie. « Au cours des prochaines années, on vise franchir le cap du milliard de dollars d’actifs sous gestion », précise M. Legault.

Pour en savoir plus sur la firme.

Pour voir la fiche de la firme.

Partenaires Nationaux





Membre à la une