Gestion d’actifs Lester : au-delà des indices

Gestion d’actifs Lester : au-delà des indices

C’est en se différenciant des paramètres habituels des grands indices que l’équipe de Gestion d’actifs Lester arrive à obtenir des rendements supérieurs à ceux-ci et à ainsi faire en sorte que ses stratégies se classent parmi les meilleures au Canada en matière de performance.

Les deux stratégies principales de la firme visent précisément à « surpasser les principaux indices sur le long terme et à ajouter de la valeur en obtenant des rendements supérieurs à ceux du marché avec un risque moindre », indique le site Web de la société de gestion de portefeuille. C’est la vision qu’a mise en place le président et chef de la direction, chef des placements et gestionnaire de portefeuille principal de Gestion d’actifs Lester, Stephen Takacsy, dès son arrivée au sein de la firme en 2006 et qui porte fruit depuis. 

Président et chef de la direction,
chef des placements et
gestionnaire de portefeuille principal

En effet, en date de novembre 2020, le rendement brut annualisé sur 10 ans de leur stratégie d’actions canadiennes toute capitalisation s’établissait à 10 % comparativement au rendement de l’indice composé S&P/TSX (rendement total) de 6 %. Toujours en date de novembre 2020, leur stratégie de titres à revenu fixe canadiens affichait un rendement brut annualisé sur 10 ans de 6,1 %, tandis qu’à la même période, le rendement de l’indice obligataire universel FTSE Canada se chiffrait à 4,5 %.

M. Takacsy mise notamment sur son parcours étoffé de plus de 30 ans en matière de finances et d’évaluation d’entreprises afin de trouver des titres prometteurs, mais sous-évalués par le marché, donc par le fait même moins coûteux et moins risqués pour le portefeuille de ses clients.  « Il y a peu de gestionnaires au Canada qui ont à la fois travaillé dans les domaines du crédit, du financement de sociétés, des fusions et acquisitions et occupé un poste de chef de la direction financière d’une société cotée en bourse à succès (Malofilm Communications) », mentionne-t-il. De plus, au travail comme dans ses temps libres, ce dernier est carrément un passionné de la gestion du risque. « Je suis un adepte de la voile. Il s’agit d’un sport dans lequel tu apprends à ne pas avoir peur des risques, mais plutôt à les gérer méticuleusement afin de maximiser la vitesse sans chavirer et faire face aux tempêtes calmement », illustre-t-il.

Son expérience unique est d’ailleurs ce qui a poussé l’un des fondateurs de Lester, son ami Ken Lester, à le recruter lorsque son père, Murray Lester, est décédé. Ce fut un pari gagnant pour la société de placement puisqu’il permet à celle-ci d’obtenir des rendements solides depuis 14 ans et une attention croissante de la part d’investisseurs.

En plus d’accorder une haute importance à la gestion du risque en saisissant des opportunités de marché, l’équipe de la firme se distingue des indices par l’importance qu’elle accorde à la diversification. Ses portefeuilles d’une quarantaine de titres sont entre autres assez défensifs et ne privilégient pas les industries cycliques.

« Nous sommes diversifiés par secteur contrairement aux indices qui sont souvent très concentrés dans les banques et dans l’énergie, entre autres », indique le président de Lester. Depuis son arrivée en 2006, l’actif sous gestion de la firme est passé d’environ 100 millions $ à plus de 335 000 millions $ en 2020. Sa clientèle se compose à 85 % de clientèle de gestion privée et à 15 % de clientèle institutionnelle. Aujourd’hui, Ken Lester a pris sa retraite et cédé les reines de l’entreprise à Stephen Takacsy qui collabore avec deux gestionnaires de portefeuille, quatre personnes dédiées au service à la clientèle et à l’administration de portefeuille et un employé responsable des opérations, de la technologie et de la conformité, en plus de compter sur le soutien du président du conseil d’administration de la firme et économiste chevronné, J. Anthony Boeckh (fondateur de BCA Research / The Bank Credit Analyst).

Propager ses réussites

« Évidemment les rendements représentent le nerf de la guerre de notre métier. En tant que plus petit gestionnaire, nous n’avons pas de grande force de vente ou de distribution comme les banques ou les fonds communs de placement. Il est donc important de rendre nos résultats visibles sur les bases de données utilisées par les investisseurs institutionnels et les consultants et d’être présent dans les médias. C’est ainsi qu’on fait connaître notre valeur ajoutée », indique Stephen Takacsy.

C’est justement grâce à une de ces bases de données que Gestion d’actifs Lester a obtenu un mandat d’actions canadiennes pour une fondation très prestigieuse dans l’Ouest du Canada. « Une institution charitable et nous ne nous connaissions pas l’un l’autre. Ils nous ont choisis parmi les douze meilleurs au pays en termes de rendement sur 10 ans. C’est remarquable qu’une boutique de Montréal puisse obtenir un mandat important de la part d’une institution bien connue située à l’autre bout du pays », fait remarquer  M. Takacsy.

La firme figure sur des palmarès notables en matière de rendement. Par exemple, la stratégie d’actions canadiennes de Lester a été classée par Global Manager Research, en date du 31 octobre 2020, au 3e rang sur 101 gestionnaires pour le rendement sur 10 ans, au 4e rang sur 133 gestionnaires pour le rendement sur 5 ans et au 3e rang sur 147 gestionnaires pour le rendement sur 1 an.

L’avantage local

La firme montréalaise a également pu compter sur l’appui de programmes soutenant les gestionnaires émergents québécois comme le Conseil des gestionnaires émergents (CGE) et le Programme des gestionnaires en émergence du Québec (PGEQ) pour élargir son réseau et se faire connaître davantage en tant que société indépendante locale.

Par l’entremise du PGEQ, Lester a obtenu, en 2019, un mandat auprès d’Innocap pour gérer un fonds commun d’obligations canadiennes pour un groupe d’investisseurs institutionnels. « Leur programme de parrainage nous a permis d’obtenir de précieux conseils pour améliorer notre structure afin de mieux nous harmoniser aux normes recherchées par les investisseurs institutionnels », détaille M. Takacsy. Il espère qu’à l’avenir de plus en plus d’entre eux reconnaîtront les avantages d’investir avec les gestionnaires locaux qui mettent en place des stratégies gagnantes et qui ont un avantage concurrentiel par rapport aux grandes institutions en raison de la flexibilité que leur permet leur plus petite taille.

Pour en savoir plus sur la firme.

Pour voir la fiche du membre.

Partenaires Nationaux





Membre à la une