Finance et Investissements: Gestionnaires en émergence: la période de qualification pour le fonds de 200 M$ est ouverte

Publié sur Finance et Investissement par Richard Cloutier le 24 avril 2015.

La période de qualification des gestionnaires souhaitant se voir confier une part des actifs du fonds de 200 M$ dédié au programme s’ouvre le 24 avril. Cet appel des candidatures se poursuivra jusqu’au 1er mai 2015.

Genevieve2

Promouvoir l’entrepreneuriat financier au Québec

Le PEGQ a vu le jour à l’initiative du Chantier entrepreneuriat de Finance Montréal, piloté par Vital Proulx, président et chef de placements chez Hexavest. Son objectif consiste à confier des mandats de gestion à des firmes québécoises en démarrage ou de petite taille afin de les aider à percer le marché institutionnel. Pour y parvenir, le chantier entrepreneuriat cherche à réunir un actif de 200 M$, financé par différentes caisses de retraite.

« Notre objectif est de réunir cet actif de 200 M$ pour juin 2015 et nous sommes en bonne voie pour le réaliser, mentionne Stéphane Corriveau, président et directeur principal d’AlphaFixe Capital, et pilote du PEGQ. Selon notre calendrier, les premiers mandats de gestion seront confiés à compter de septembre. »

Stéphane Corriveau souligne que la sélection des gestionnaires se fera par un groupe d’experts reconnus. Quant à la supervision opérationnelle des gestionnaires et la gestion quotidienne du risque, elles seront effectuées par Innocap, qui se voit chargée de créer et d’administrer toute l’infrastructure, en plus de coordonner les comités, dont le comité de placements.

Le comité de placements se compose d’une quinzaine de personnes. Outre Vital Proulx et Stéphane Corriveau, on y retrouve une diversité d’expertise amenée notamment par Pierre Parent, associé chez Normandin Beaudry, Jean-Pierre Talon, membre du Groupe de stratégie financière de Mercer, Jean Bergeron, associé directeur du Groupe de gestion d’actif chez Morneau Shepell, Mario Delisle, associé principal, Gestion de placements chez Aon Hewitt, ainsi que Jacques Bourgeois, professeur honoraire à HEC Montréal.

« Dans la vraie vie, ce sont des compétiteurs, mais aujourd’hui, ils se sont unis autour d’un même objectif », se réjouit Stéphane Corriveau.

Pour les investisseurs, en plus de participer à la croissance et à l’émergence de nouvelles stratégies d’investissements de gestionnaires québécois, la démarche recèle un bénéfice évident, selon Stéphane Corriveau, soit la possibilité de suivre des gestionnaires émergents qui pourraient un jour devenir des gestionnaires principaux, le tout avec un risque minimal et des rendements similaires ou supérieurs, sans avoir à développer une expertise à l’interne.

« Le programme que nous lançons offrira aux investisseurs institutionnels des stratégies de placement traditionnel, tout en leur permettant de diversifier leurs sources d’alpha. Son profil de risque sera le même que celui d’une caisse de retraite typique », ajoute Stéphane Corriveau.

Stéphane Corriveau confirme du même souffle qu’un second programme, dédié à la gestion alternative, se trouve aussi sur la table à dessin.

Les gestionnaires en émergence souhaitant poser leur candidature doivent remplir le questionnaire mis en ligne sur le site internet de Finance Montréal. Le questionnaire est également disponible sur le site internet du Conseil des gestionnaires en émergence.

Au nombre des critères de sélection, les candidats doivent avoir leur bureau au Québec, être dûment enregistrés enregistrés auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), avoir des actifs sous gestion inférieurs à 1 milliard de dollars canadiens (G$), avoir une stratégie de type traditionnel (positions longues seulement) dans l’une la catégorie d’actifs « Revenus fixes » ou « actions ».

Satisfaction chez les gestionnaires émergents

« Je suis très satisfaite de la manière dont le CGE s’est développé jusqu’ici. L’année dernière lors de notre cocktail annuel, nous avions mentionné notre volonté d’amener les institutions et les fortunes familiales à investir au moins 1,5 G$ chez des gestionnaires en émergence locaux au cours des deux prochaines années. Avec le lancement de ce fonds, puis d’un deuxième en gestion alternative qui devrait suivre, nous progressons vers l’atteinte de notre objectif », mentionne Geneviève Blouin, présidente-fondatrice d’Altervest et présidente du conseil d’administration du CGE.

Environ 300 personnes, principalement des gestionnaires en émergence et des allocateurs d’actifs, étaient réunies à l’occasion du cocktail annuel du CGE.

Créé en janvier 2014, le CGE a pour mission de contribuer au développement des entrepreneurs locaux qui émergent dans le secteur de la gestion de portefeuille, et dont l’actif sous gestion est inférieur à 1 G$. Le CGE compte une cinquantaine de membres.

Au nombre des activités prévues pour l’année 2015, le CGE organisera un événement en collaboration avec CFA Montréal au cours de l’automne.

Lire l’article sur Finance et Investissement ici.

Partenaires Nationaux





Membre à la une